Sommet à Toronto : les maires donnent leurs idées pour une politique nationale du logement

Les maires des grandes villes canadiennes ont défini sept lignes directrices pour poser les bases d'une stratégie nationale du logement.

160930_vx2in_maires-toronto-iveson_sn635.jpg
Le maire d'Edmonton, Don Iveson a pris la parole lors du sommet à Toronto.   Photo : CBC/Linda Ward

Le fédéral et le provincial n'avaient toutefois pas l'intention d'ouvrir leurs chéquiers au Sommet du logement. Les ministres invités ont plutôt énuméré une longue liste d'investissements qui ont été réalisés au cours de l'année. Les maires des grandes municipalités canadiennes n'ont pas été surpris.

Les grandes lignes

L'un des besoins les plus pressants pour enrayer la crise du logement au Canada est d'assurer un financement stable et durable pour protéger le parc de 600 000 logements sociaux, selon les maires canadiens.

À cette fin, ils souhaitent qu'Ottawa établisse une réserve ciblée de 12,6 milliards de dollars à même le programme fédéral pour les infrastructures sociales dans son prochain budget. Cette somme d'argent comblerait le manque à gagner créé par la fin des ententes d'exploitation de logements sociaux.

Les maires soutiennent qu'une fois que la qualité, la salubrité et l'abordabilité des logements sociaux existants seront assurées, il faudra en construire d'autres. Ces logements devraient aussi être construits sur des terrains fédéraux excédentaires pour réduire les coûts.

La Stratégie de partenariats de lutte contre l'itinérance joue aussi un rôle important. Les maires canadiens suggèrent de doubler cet investissement au cours des 10 prochaines années pour le porter à 350 millions de dollars par année. Ils demandent au fédéral d'en faire bénéficier les villes durement touchées par l'itinérance.

Lisez plus.

Impliquez-vous

EN SAVOIR PLUS